Méditation Théravada

Tradition de Bouddha, origine du Bouddhisme.

Pour la tradition Théravada, nous avons tous entendu parler de Bouddha. En effet, Bouddha, c’est la figure la plus connue de la méditation. Connu aussi sous le nom de Siddhartha Gotama dit Sâkyamuni, qui signifie, le sage du clan des Sakyas (-563-483 av. J.-C.). Ainsi, il y a 2500 ans, la méditation existait déjà depuis longtemps en Inde et ailleurs dans le monde. Mais en adaptant son enseignement. Ses méditations et ses discours aux connaissances et qualités de chacun. Bouddha a instruit pendant plus de quarante ans un très large public de toutes catégories sociales. 

« De la méditation naît la sagesse, celui qui se livre à des méditations claires, trouve rapidement la joie dans tout ce qui est bon. Il voit que les richesses et la beauté sont impermanentes et que la sagesse est le plus précieux des joyaux » (Bouddha).

Peu après sa mort ses enseignements ont été écrits par ses disciples. 

Ensuite, plusieurs courants et traditions naquirent des différentes interprétations de la doctrine de Bouddha. Par conséquent leur mise en pratique fut diversifiée, donnant naissance à de nombreuses écoles dont les caractéristiques monastiques et laïques varient parfois considérablement. En outre, leur histoire et les différents courants bouddhiques et traditions commencent après sa mort. Avec une pérennisation de son enseignement, nommé Dhamma« la vérité des choses comme elles sont ».  (Le Dharma dans le Zen c’est l’enseignement de Bouddha). 

Cette première période de diffusion est l’ère du bouddhisme primitif. Le bouddhisme Théravada qui est la branche la plus ancienne et la première qui propose des méditations. C’est la plus représentative de Bouddha. Cette doctrine s’appuie sur un canon rédigé en pali. Qui est sa langue d’origine, comprenant de nombreux textes basés sur ses paroles et son enseignement…

La branche Théravada, du bouddhisme le plus traditionnel, qui conserve les enseignements et les traditions de méditation de Bouddha sans modifications. Avec en France, une vingtaine de pagodes et le monastère Bodhinyanarama en Ardèche, rattachés à la tradition des moines de la forêt de Thaïlande. Ainsi que le centre Vimalakirti à Genève. Par ailleurs, la pratique du Theravada se distingue habituellement par son aspect discret et non prosélyte.

boudhha-boudisme-méditation

« l’être humain est le seul vivant qui ait la terrible capacité de vouloir de tout son être la seule chose qu’il n’aura jamais, c’est-à-dire un bonheur personnel qui soit durable, alors qu’il le fonde sur les sables mouvants d’un monde foncièrement éphémère » Denis GIRAS (théologien, chercheur et écrivain, spécialiste du bouddhisme et du dialogue interreligieux)

Ecoles et bouddhas respectables.

Autant d’écoles et de traditions respectables qui peuvent attirer des personnes intéressées par la spiritualité ou la religion. Cependant, la prière qui se pratique chez les tibétains, dans l’hindouisme, le bouddhisme, le judaïsme, le christianisme et l’islam est souvent associée à la méditation religieuse. Ainsi, la méditation laïque respecte toute les formes de croyances. En conséquence elle considère les conceptions métaphasiques comme étant du domaine exclusif de l’appréciation individuelle de chaque être humain.